Accueil Actualités Covid-19 : 5,5 millions d’euros dépensés par les collectivités d’Ile-de-France
Banquier du Grand Paris

Covid-19 : 5,5 millions d’euros dépensés par les collectivités d’Ile-de-France

Une enquête menée par l’Amif et des partenaires, dont les conclusions viennent d’être publiées, rapporte que les communes franciliennes ont dépensé 5,5 millions d’euros dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Cette hausse des dépenses de fonctionnement conjuguée à la perte de recettes va peser sur les comptes 2021 et 2022, selon l’association d’élus.

L’Association des maires d’Ile-de-France (Amif) a mené, du 20 mai au 4 juin 2020, une enquête en partenariat avec la Banque postale et les cabinets Partenaires finances locales et CBG territoires auprès des maires franciliens afin d’évaluer les conséquences financières de la crise sanitaire sur les collectivités. Au total, 161 communes ont répondu (13 % des communes de la région). Il ressort de l’étude que 97 % des villes interrogées ont acheté des masques, 86 % en ont mis à disposition de leurs habitants, 93,8 % ont acquis du gel hydroalcoolique et 79 % d’autres équipements de protection.
« Au total, ce sont près de 1,6 million d’euros qui ont été dépensés par les communes qui ont répondu à l’enquête, ce qui nous donne une extrapolation d’environ 5,5 millions d’euros à l’échelle de l’Ile-de-France », estiment les auteurs de l’étude. Chiffre qui pourrait s’envoler « si les prochaines phases du déconfinement imposent les mêmes règles sanitaires, enchérissant par là-même la charge pour les communes qui devront réaliser de nouveaux aménagements », prévient l’association. En effet, 100 % des communes interrogées ont subi des pertes de recettes de fonctionnement et s’inquiètent déjà des exercices budgétaires futurs.

L’Ile-de-France, région la plus touchée

A l’heure où certaines dépenses font l’objet de compensation par l’Etat et où les discussions sur les conséquences financières pour les collectivités locales émergent, l’Amif a estimé important de faire remonter largement tous les types de dépenses pour révéler leurs montants à l’échelle de l’Ile-de-France, région la plus touchée par l’épidémie. L’analyse délivrée dessine une première tendance qui sera réactualisée d’ici la fin de l’année et en 2021 lorsque davantage de données seront disponibles, notamment s’agissant du coût du déconfinement pour les communes, précise Stéphane Beaudet, président de l’Amif.
Identifier les dépenses dans les comptes des collectivités
Autre enseignement, l’autorisation spéciale d’absence a été utilisée par 84 % des communes sondées. La moitié de ces dernières a par ailleurs privilégié l’achat de masque par un groupement de commandes « afin de réduire les coûts », alors que ce dispositif n’a été utilisé que par 20 % des communes pour l’achat de gel. Côté distribution des masques, seulement 21 % des villes ont eu recours à des heures supplémentaires pour leurs agents et 81 % d’entre elles ont mobilisé leurs conseillers municipaux.
« Afin d’assurer la continuité des services publics dans le cadre très contraint de l’état d’urgence sanitaire, 88 % des communes interrogées ont dû réaliser des dépenses d’aménagement pour une moyenne de 6 600 euros », précise également l’étude. Au travers de l’enquête, l’Amif estime « qu’une compensation efficace de l’Etat des dépenses engendrées par la crise sanitaire », nécessite que ces surcoûts « soient clairement identifiés dans les documents comptables des collectivités ».

C’est pourquoi 80,2 % des collectivités ont suivi les dépenses liées à la crise sanitaire grâce à une fonction spécifique de la comptabilité. « Un moyen pragmatique d’identifier l’ensemble des dépenses liées à cette crise, et ce, malgré une absence de réglementation sur le sujet », note le maire d’Evry-Courcouronnes.
Concernant le retour des activités de sport, santé, culture et civisme, 80 % des communes déclarent ne pas « vouloir » les mettre en place d’ici à la fin juin. « Alors que les communes représentent un quart de l’investissement public, l’impact de la crise pèse déjà lourdement sur les capacités d’investissement à venir des communes », conclut l’Amif.

Stéphane Beaudet, président de l’Association des maires d’Ile-de-France. © DR

Cet article vous a-t-il intéressé ?

1

oui

non

1