Accueil Actualités Et à la fin, c’est Patrick Ollier qui gagne !
Banquier du Grand Paris

Et à la fin, c’est Patrick Ollier qui gagne !

A la surprise générale, lors d’une élection riche en rebondissements, Patrick Ollier a été réélu à la présidence de la métropole du Grand Paris avec 133 voix, lors d’un second tour de scrutin lors duquel il était seul candidat. Vincent Jeanbrun, qui avait remporté les primaires organisées l’avant-veille au sein du groupe Les Républicains et indépendants a quitté l’assemblée avant la fin du vote, dénonçant « les petites magouilles » et un « déni de démocratie ».

Alors qu’il n’était pas candidat lors du 1er tour de scrutin après avoir perdu les primaires internes aux Républicains et indépendants, organisées mardi 7 juillet, c’est finalement Patrick Ollier qui a été réélu président de la métropole du Grand Paris jeudi 9 juillet 2020. La première surprise – d’une journée où elles ont été nombreuses – a été créée par le score obtenu lors du 1er tour du scrutin par le candidat UDI, en la personne du maire de Sceaux Philippe Laurent. Ce dernier se classe 2°, avec 73 voix, derrière le maire (Libres !) de L’Haÿ-les-Roses Vincent Jeanbrun (79 voix) et devant les candidats du Front de gauche Patrice Leclerc (26 voix) et du PS Daniel Guiraud (16 voix). Patrick Ollier, qui ne s’est pas présenté donc, recueille néanmoins 9 voix.
Des résultats à comparer aux rapports de force au sein de la métropole, et qui montrent que Vincent Jeanbrun ne fait pas le plein des voix LR, tandis que Philippe Laurent réalise un score qui dépasse largement le nombre des membres de son groupe.

Le retour de Patrick Ollier

Une suspension de séance, d’une heure, est alors demandée et obtenue, pour permettre aux différentes formations de s’entendre en vue du second tour. Arithmétiquement, Vincent Jeanbrun ne peut réunir une majorité absolue sur son nom, sauf si l’UDI se désiste en sa faveur. Ce qui ne sera pas le cas. Le maintien, lors du second tour, de la candidature de l’ensemble des candidats du 1er puis le désistement de tous les candidats sauf Vincent Jeanbrun, pour Philippe Laurent, provoque la demande par le maire de l’Haÿ-les-Roses, d’une nouvelle suspension de séance. Le vainqueur de la primaire LR sait qu’il s’apprête à perdre ces élections face à Philippe Laurent. Pendant cette longue suspension, l’hypothèse d’un retour de Patrick Ollier dans la course est évoquée dans les couloirs. La réunion du groupe LRI s’éternise, son président Eric Cesari demandant et obtenant plusieurs prolongations de la suspension de séance. Au final, c’est Valérie Pécresse elle-même qui arbitrera la partie au sein des LR. Haut-parleur activé du téléphone qui l’a appelée, elle annoncera aux élus qu’elle soutient Patrick Ollier. Les Républicains préfèrent sans doute conserver la métropole que de la voir basculer vers l’UDI. Et Philippe Laurent, qui aurait pu se maintenir et peut-être l’emporter, mais qui fait partie de la majorité LR-UDI à la Région, annonce, dès la reprise de la séance, qu’il se désiste, « dans un esprit d’apaisement », pour Patrick Ollier. Sans doute le maire de Sceaux ne souhaite-t-il pas devenir président de la métropole « par effraction ».
Daniel Guiraud (PS) et Patrice Leclerc (Front de gauche et citoyens) se désistent alors à leur tour. Le maire de Rueil-Malmaison est donc, finalement, le seul candidat à se présenter au 2° tour, qu’il remporte avec 133 voix. Vincent Jeanbrun a déjà quitté la salle, après avoir dénoncé « des petites magouilles et des élus qui font honte à la démocratie ».

Gouvernance partagée

En filigrane, c’est la gouvernance partagée qui semble avoir triomphé, aux dépens d’une vision plus clivée de la gestion de la métropole. En l’occurrence, si Vincent Jeanbrun déclare, lors des discours d’ouverture de la matinée, son attachement à cette gouvernance qui associe les différentes formations au sein du bureau métropolitain, sa volonté de nommer Rachida Dati, qui l’a soutenu lors des primaires et à laquelle il doit au moins partiellement sa victoire, à la première vice-présidence de la MGP ne passe pas chez les socialistes.
Anne Hidalgo le dira clairement à l’issue du scrutin. « Nous avons accepté, en 2016, de participer à la gouvernance partagée à la condition que Paris, première ville de la métropole, ait la 1re vice-présidence, signe que nous pouvions travailler ensemble, dans le respect du fait majoritaire mais au service de l’intérêt général. Vincent Jeanbrun, en voulant nommer à ce poste la cheffe de mon opposition, a fait voler cet accord en éclats », résume la maire de Paris. Plusieurs élus socialistes ont donc malicieusement, au premier tour, voté pour l’UDI, gageant que le succès de Philippe Laurent provoquerait l’effacement de Vincent Jeanbrun au profit d’un autre candidat plus enclin à cette fameuse gouvernance partagée.

Editorial – Un léger problème de légitimité

« Nous avons des problèmes énormes à régler, en matière d’emploi, de transition écologique, ainsi que des choses magnifiques à réaliser, par exemple en construisant les équipements des Jeux olympiques », déclarait Anne Hidalgo à l’issue du scrutin. La maire de Paris a insisté sur la nécessité de respecter les logiques d’une gouvernance partagée, propres au fonctionnement d’une assemblée de communes au sein de laquelle, en effet, les clivages habituels ne peuvent s’appliquer.
L’intercommunalité suppose, c’est exact, le respect de chaque commune, quelle que soit par ailleurs sa couleur politique. Mais cela dit, on peut tout de même s’interroger sur l’impact qu’aura le scrutin du 9 juillet, qui a reconduit Patrick Ollier, à la surprise générale, à la tête de la métropole. Les optimistes estiment que la métropole ne sort nullement affaiblie de cette rocambolesque élection, la laissant en réalité dans un état inchangé. Ils ajoutent que les Grands Lyon, Lille ou Bordeaux ne se sont pas faits en un jour, et qu’il faut laisser du temps au temps. Les pessimistes estiment que Patrick Ollier ne dispose pas d’une majorité au sein de sa propre formation, alors qu’une cinquantaine de conseillers n’ont pas pris part à son élection – ceux qui avaient choisi Vincent Jeanbrun à la primaire. Et donc que l’exécutif métropolitain n’aura aucune capacité à réussir à faire avancer, à l’avenir, les dossiers sur lesquels elle a buté au cours des derniers mois. Espérons que la réalité les démentira.

LEG 01 : Patrick Ollier, Vincent Jeanbrun et Eric Cesari. ©Jgp
LEG 02 : Philippe Laurent et André Santini.© Jgp
LEG 03 : Patrick Ollier. © Jgp
LEG 04 : Le dépouillement du premier tour de scrutin. © Jgp

Cet article vous a-t-il intéressé ?

1

oui

non

0