Nos actions
Accueil Actualités Grand Paris express : le génie civil de la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart
Grand Paris - Transport

Grand Paris express : le génie civil de la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart

Transport

Zenpark va proposer une offre couplant stationnement et recharge électrique

Construction - Grand Paris

Saint-Denis : la tour Pleyel se prépare à sa deuxième vie

Grand Paris - Transport

Grand Paris express : le génie civil de la gare

Les travaux du Grand Paris express avancent à vive allure, à l’image de la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart (Hauts-de-Seine) dont 80 % du génie civil est aujourd’hui achevé.

Du fond de l’immense cavité qui abritera la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart, à l’extrême ouest de la ligne 15 sud (Pont de Sèvres-Noisy-Champs), on mesure l’avancée des travaux de ce projet hors-normes, et l’avènement prochain du réseau. 6 200 personnes travaillent actuellement sur les 130 chantiers actifs du Grand Paris express. A terme, ces effectifs seront portés à 15 000.

 

Le personnel de la Société du Grand Paris, notoirement sous-dimensionné jusqu’à un passé encore récent, passera de 200 à 450 d’ici à la fin de l’année, pour atteindre in fine 800 agents. Sans compter les assistants à maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre.

 

« A la fin de l’année, 15 tunneliers seront en activité sur les différentes lignes en chantier du Grand Paris express, alors qu’il y a quelques années seulement, quatre tunneliers étaient en service en France », résume Bernard Cathelain, membre du directoire de la Société du Grand Paris, pour donner une idée de l’ampleur du projet. 3,9 milliards d’euros de travaux ont été engagés en 2019, 4 milliards sont prévus pour 2020, alors que la loi de finances pour 2020 va dégager 120 millions d’euros de nouvelles recettes annuelles pour la SGP.

 

« Grâce à nos émissions d’obligations vertes, la France est aujourd’hui le premier émetteur de green bonds », poursuit Bernard Cathelain. Une façon de démontrer la crédibilité du futur métro automatique aux yeux des investisseurs institutionnels internationaux. Et la pérennité de son financement.

Défis techniques

 

Les entreprises de construction affrontent des défis techniques, à l’image du tronçon de la ligne 15 sud longeant la Seine, à son extrémité ouest, et situé largement sous l’eau. Ainsi, par exemple, le groupement Horizon, composé de Bouygues TP et de Soletanche Bachy, a dû mettre en place un batardeau pour arracher les pieux d’un pont provisoire, bâti après le bombardement de l’ancien pont de Sèvres, qui obstruaient la route du tunnelier.

 

A ce même emplacement, une estacade sur la Seine permettra l’évacuation des déblais par voie fluviale épargnant les riverains de la circulation de 17 000 camions. « Les sols doivent, à divers endroits, être renforcés préalablement au passage du tunnelier », indique Vincente Fluteaux, chef de projet au sein de la Société du Grand Paris.

23 marchés de travaux d’aménagement à venir

 

23 marchés de travaux d’aménagement de gares et d’ouvrages annexes seront lancés dans les deux années à venir. La préparation du passage des lignes 15 est et 15 ouest sous le régime de la conception-réalisation est en cours et c’est l’entreprise Systra, désignée pour l’assistance technique à maîtrise d’ouvrage, qui aidera la Société du Grand Paris dans la définition, le pilotage et la réalisation de ces deux lignes. La consultation pour le premier des quatre lots constituant les lignes sera ainsi lancée au 1e semestre de l’année 2020.

 

« Les équipes de la Société du Grand Paris sont totalement mobilisées pour mettre en œuvre, jour après jour, la feuille de route décidée par le Premier ministre le 22 février 2018, qu’il s’agisse des travaux de la ligne 15 sud ou des lignes dites « olympiques » dans le nord de la Capitale actuellement en chantier, mais également pour toutes les autres lignes encore en étude », souligne Thierry Dallard, président du directoire.

 

Le calendrier confirmé

 

« Le planning est tendu mais notre objectif est toujours d’achever la ligne 17, jusqu’au Bourget RER et, si possible, jusqu’au Bourget aéroport, pour les JO, indiquait Bernard Cathelain, mercredi 9 octobre 2019, lors d’une visite de chantier. Les premiers marchés de génie civil de la ligne 18 vont être lancés, pour le tronçon situé entre Orly et Palaiseau, en vue de leur notification en mars 2020. La ligne 18 devrait ainsi être ouverte en 2026 entre Massy et Saclay et en 2027 jusqu’à Orly.
La ligne 16 est toujours annoncée pour 2024, jusqu’au Bourget et 2025 jusqu’à Clichy-Montfermeil.

Concernant les lignes 15 est et ouest, réalisées en conception-réalisation, les premières consultations seront lancées au printemps prochain pour le tronçon reliant Pont-de-Sèvres à La Défense, les autres s’échelonnant ensuite jusqu’à 2021.
Les premiers marchés d’aménagement des gares vont être lancés également prochainement, notamment sur le tronçon partagé entre les lignes 16 et 17, entre Saint-Denis et le Bourget. Enfin, la totalité du réseau sera bouclée en 2030, avec l’achèvement du prolongement de la ligne 16 jusqu’à Noisy-Champs et de la ligne 18 jusqu’à Versailles.

 

Quatre tunneliers et un VSM en action sur la ligne 15 sud

 

Steffie-Orbival, premier tunnelier du Grand Paris express, a terminé son tronçon de 2 171 m. Parti du Puits Champigny Plateau, il a atteint début juin l’ouvrage Sentier des Marins, à Villiers-sur-Marne. Ce tunnel du lot T2C permettra aux métros de la ligne 15 sud de rejoindre le centre d’exploitation de Champigny. Steffie-Orbival va être démonté et reprendra du service pour être le premier tunnelier de la ligne 17 du Grand Paris express, qui reliera Saint-Denis Pleyel au Mesnil-Amelot.

 

Le deuxième tunnelier, Malala, a commencé à creuser début septembre 2018, depuis le puits Rû de Nesle à Noisy-le-Grand, en direction de la gare Bry-Villiers-Champigny. Il a parcouru 1 822 m au 20 août 2019.

 

Les 3e et 4e tunneliers (lot T3C) ont également démarré leur course en 2019 : en février, Ellen est parti du puits Robespierre (Bagneux) pour creuser jusqu’à la gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart. Sa sortie et son démontage sont prévus à l’été 2020. En avril, c’est Amandine qui s’est élancée de la gare Arcueil-Cachan pour rejoindre la gare Villejuif Louis-Aragon qu’elle atteindra à l’automne 2020.

 

En juin 2019, le tunnelier Aby s’est élancé du Puits Arrighi à l’est de Vitry-sur-Seine pour creuser 4,3 km de tunnel jusqu’à la future gare Villejuif Louis-Aragon.

 

Le VSM – Vertical shaft sinking machine – a déjà creusé les puits d’accès des ouvrages Malleret-Joinville (Malakoff), Cimetière Parisien (Bagneux) et Fort de Vanves (Malakoff). Il est en cours d’acheminement vers l’ouvrage Pierre Plate (Bagneux). Cet engin de pointe s’adapte particulièrement aux espaces contraints et permet de réduire les risques et la durée de la phase de creusement.

 

Encadré : 1 264 personnes en insertion

 

« Coté emploi, le Grand Paris express a déjà un impact considérable », fait valoir la SGP. Au 1er juillet 2019, plus de 6 400 personnes travaillaient sur les chantiers du futur métro. « La dimension sociale du Grand Paris express est significative puisqu’en moyenne, sur dix salariés, une personne et demie est en parcours d’insertion », fait également valoir l’établissement public. Depuis le début des travaux, 1 264 personnes en insertion ont travaillé 836 182 h au total.

 

 

« Le Grand Paris express est entré dans sa phase industrielle, les effectifs sur les chantiers ont augmenté de 30 % par rapport à la fin de l’année 2018 », se félicite Thierry Dallard. En outre, au 1er juillet 2019, plus de 3 200 entreprises bénéficiaient des commandes liées au futur métro, dont près de 2 300 TPE/PME pour un montant de 996 millions d’euros. Une activité qui profite à l’économie régionale puisqu’au total 1 426 TPE/PME franciliennes ont été mobilisées, dont 1 659 sur la ligne 15 sud et 440 sur la ligne 16.

 

 

Logo Journal du Grand Paris         Article écrit en partenariat avec Le journal du Grand Paris.

Cet article vous a-t-il intéressé ?

0

oui

non

0

haut de page

Nous suivre

La Caisse d’Epargne Ile-de-France utilise des cookies pour pouvoir mesurer la fréquentation du site. En poursuivant votre navigation et en faisant défiler la page vous acceptez leur utilisation.

Paramétrer les cookies

Profitez de notre meilleure expérience !

La société Caisse d’Epargne Ile-de-France utilise des cookies pour améliorer votre expérience et pour nous permettre de mesurer l’audience du site. Pour en savoir plus sur les types de cookies utilisés sur ce site et les gérer, cliquez sur « Paramétrer ». Si vous désactivez certains cookies, cela peut affecter votre navigation sur le site.

Plus d'informations

Paramétrer
Tout accepter

Accédez au site sans option

Ces cookies sont indispensables pour permettre le bon fonctionnement du site. Vous ne pouvez pas désactiver ces cookies car le site Internet ne peut pas fonctionner correctement sans eux.

Toujours actif

Accédez au site sans option

Cookies techniques Cookies fonctionnels

Les cookies techniques servent, par exemple, à garder temporairement en mémoire les informations de connexion et fournir une connexion sécurisée. Les cookies fonctionnels permettent de mémoriser vos préférences sur le site, comme votre panier par exemple.

Aidez-nous à améliorer notre site

Ces cookies nous permettent d’analyser votre navigation et de mesurer l’audience de caisse-epargne-ile-de-france.fr en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et d’adapter le contenu à vos centres d'intérêt.

Accepter
Confirmer