Accueil Actualités JO 2024 : tous les indicateurs sont au vert
Banquier du Grand Paris - JO 2024

JO 2024 : tous les indicateurs sont au vert

JO 2024 - Sport

Course JO 2024 du 21 octobre : Merci aux participants CEIDF !

Banquier du Grand Paris - JO 2024

Christophe Divi (Les Canaux) : « Les JO de 2024 seront les premiers Jeux inclusifs de...

Banquier du Grand Paris - JO 2024

JO 2024 : « tous les indicateurs sont au vert »

Les Invalides, en mode JO. ©Paris-2024-Luxigon

Neuf mois après avoir choisi Paris en tant qu’organisateur des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de 2024, le Comité international olympique (CIO) était, les 18 et 19 juin 2018, dans la Capitale pour évaluer l’avancement du projet.

Lundi 18 juin, pendant que les jeunes de l’UNSS faisaient trembler les paniers de basket-ball dans un cadre de verdure surplombé par la Tour Eiffel, le Comité d’organisation des JO (Cojo) profitait de ce moment de rassemblement pour annoncer l’identité du premier ambassadeur éducation de Paris 2024 : Tony Parker. Le basketteur français, qui s’est dit « honoré » par ce choix, a estimé « logique » d’accepter cette proposition au vu de son action pour la ville de Lyon dans le domaine du sport.

Le lendemain, les principaux élus des différents échelons territoriaux se sont félicités du travail réalisé jusqu’à présent à six ans du début de l’événement. « C’est tout un écosystème qui se mobilise », a expliqué le président du Cojo, Tony Estanguet, pour qui « tous les voyants sont au vert ». Le triple médaillé olympique a même estimé que « le projet est encore plus fort qu’il y a neuf mois ».

Un point de vue partagé par Stéphane Troussel, président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, et Laurent Rivoire, vice-président de la métropole du Grand Paris délégué au développement sportif, tous deux rappelant l’enjeu de la construction du centre aquatique séquano-dionysien qui se différencie des autres infrastructures créées pour l’occasion par son caractère « pérenne ».

 

Esprit de partenariat

 

Au-delà de ces rapports privilégiés entre acteurs hexagonaux, le Cojo a aussi insisté sur les liens forts qu’il continue d’entretenir avec le CIO. Pierre-Olivier Beckers, président de la commission de coordination pour Paris 2024, s’est dit « impressionné par la volonté des acteurs de travailler ensemble », avec « des échanges interactifs » et « un esprit de partenariat ». Symbole de ce travail d’équipe, le « marketing plan agreement » – qui vise à permettre aux marques de s’associer à l’organisation des Jeux – devrait être signé d’ici à la fin de l’année.

Le Cojo ne ferme d’ailleurs pas la porte à des changements de trajectoire en fonction des opportunités qui se présenteront. Seul impératif qu’il se fixe, celui de toujours mettre au courant le CIO, a expliqué Tony Estanguet, prenant pour exemple le projet de Grand Palais éphémère qui devrait se dresser sur le Champ de Mars à partir de 2021 et perdurer pendant l’évènement olympique.

 

Formations et passerelles pour l’emploi

 

Dans la foulée de ces discussions a eu lieu, le 19 juin, la signature de la charte sociale réunissant huit organisations syndicales et patronales. Ce document de cinq pages prévoit 16 mesures, parmi lesquelles le fait de « favoriser l’accès à l’emploi des publics qui en sont éloignés » ou encore de « créer des passerelles entre le volontariat et l’emploi, en valorisant l’engagement des bénévoles mobilisés par la validation des acquis de l’expérience ou une certification ».

La maire de Paris et présidente de la Solideo, Anne Hidalgo, a paru comblée par cet accord : « La signature de cette charte sociale par les organisations patronales, syndicales, Paris 2024 et la Solideo est la preuve de l’engagement de tous les acteurs pour faire de ces JOP un évènement économiquement et socialement responsable. »

Après le retour du CIO à Lausanne, le Cojo se tourne déjà vers le futur. Prochain défi majeur, la finalisation du plan des sites, qui devrait avoir lieu d’ici à la fin de l’année 2018.

 

Logo Journal du Grand Paris         Article écrit en partenariat avec Le journal du Grand Paris.

 

Cet article vous a-t-il intéressé ?

8

oui

non

0