Accueil Actualités Le tourisme en Ile-de-France se maintient malgré les instabilités
Banquier du Grand Paris

Le tourisme en Ile-de-France se maintient malgré les instabilités

« Nous sommes parvenus à une stabilisation malgré les gilets jaunes », a synthétisé Valérié Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, le 28 août lors de la présentation semestrielle des chiffres du tourisme régional. ©Jgp

Valérie Pécresse présentait le 28 août 2019 le bilan du tourisme en Ile-de-France pour le 1er semestre de l’année. Des chiffres qui restent stables malgré un contexte international marqué par le Brexit et une image de la capitale écornée par les dernières contestations sociales.

« Nous sommes parvenus à une stabilisation malgré les gilets jaunes », a synthétisé Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, le 28 août lors de la présentation semestrielle des chiffres du tourisme régional. Avec un contexte national marqué par des revendications sociales spectaculaires et un contexte international d’incertitude concernant le Brexit, « le secteur touristique a su se stabiliser à un niveau très haut », note l’élue, grâce notamment aux événements sportifs (Coupe du monde féminine de la Fifa), au Salon de l’aéronautique du Bourget et, fait-elle valoir, à un important travail de promotion.

 

L’Ile-de-France enregistre au premier semestre 2019 sa 2e meilleure année en 10 ans pour les arrivées hôtelières avec 17,3 millions d’arrivées, en très léger recul par rapport à 2018 (- 0,1 %). Les visiteurs français représentent plus de la moitié de cette masse touristique avec 9,4 millions de voyageurs (+ 30 000 par rapport à 2018) alors que la clientèle internationale est en léger recul avec 7,9 millions de voyageurs (- 42 000 par rapport à 2018).

La consommation touristique connaît elle aussi un reflux modéré, s’élevant à 9,8 milliards d’euros (- 0,94 %). La première clientèle en terme de nuitées sont les ressortissants des Etats-Unis, qui enregistrent plus de 3 millions de nuitées (+ 174 000 par rapport à 2018) alors que la deuxième clientèle, britannique, est en fort recul avec ses 2 millions (- 304 000 par rapport à 2018).

 

« Richesse de l’offre touristique francilienne »

 

Valérie Pécresse se félicite, par ailleurs, que les prix aient retrouvé leur niveau d’avant la crise de 2016 liées aux attentats. Les musées franciliens voient partout leur fréquentation augmenter : + 18,8 % pour le musée d’Orsay, + 7,3 % pour la Cité des sciences et de l’industrie, + 6,4 % pour le domaine de Versailles ou + 0,2 % pour le Louvre.

 

« Nous devons montrer la richesse de l’offre touristique francilienne », enjoint l’élue qui insiste sur le travail de promotion des sites régionaux : « Nous sommes en sous-exploitation des lieux touristiques hors les murs ». Elle note par ailleurs l’intérêt de promouvoir des lieux moins renommés que le triptyque Versailles, musée du Louvre, Disney.

 

« Je suis consciente de ce que le tourisme mal régulé peut engendrer », ajoute-t-elle, précisant « qu’il y a davantage un problème de régulation qu’un problème de sur-tourisme ». Moins de 3 % des Parisiens déplorent un sur-tourisme quand ce chiffre peut s’élever à 17 % dans une ville comme Venise.

Concurrence de Airbnb

 

Les hôtels subissent une concurrence – bénéfique selon Valérie Pécresse- de Airbnb, les contraignant à améliorer leurs services. La plateforme de location entre particuliers en ligne ne représente cependant que 4 % des nuitées. « Il est important qu’il demeure dans Paris des familles et des riverains », note néanmoins l’élue.

 

Un bon second semestre est envisagé pour 2019 avec 71 % des professionnels qui qualifient l’état des réservations de bon et 62 % prévoient une amélioration de l’activité à moyen terme. L’ancienne ministre du Budget en appelle finalement à la météo pour que les prochains mois soient les plus favorables aux professionnels.

 

Logo Journal du Grand Paris         Article écrit en partenariat avec Le journal du Grand Paris.

 

Cet article vous a-t-il intéressé ?

0

oui

non

0

Mots clés :