Publié le 08/06/2022

2 min

Le Cnit prépare l’arrivée d’Eole

Premier bâtiment construit sur le parvis de la Défense en 1958 et déjà rénové à plusieurs reprises, le Cnit accueillera, début 2023, 45 nouvelles boutiques dans son niveau -2, profitant de l’arrivée de la gare Eole quelques mois plus tard.

croix

Avec sa voûte autoportante d’une portée de 218 m, la plus grande du monde, le Centre des nouvelles industries et technologies (Cnit), inauguré en 1958, a été le premier bâtiment emblématique du nouveau quartier d’affaires de La Défense. Rénové en 1978, 1988 et 2009, il se prépare à une nouvelle restructuration que les visiteurs pourront découvrir au premier semestre 2023 : son niveau -2 (actuellement baptisé niveau C), accueillera alors 45 boutiques sur 8 800 m2.

Organisés en formats allant de 20 à 1 000 m², les futurs magasins seront « complémentaires de l’offre existante aux Quatre temps », que gère également Unibail-Rodamco-Westfield (URW). « Il s’agit de favoriser l’achat plaisir, rapide et d’impulsion », a précisé Edouard Beudin, directeur commercial retail France de la société, propriétaire des lieux. Situé en haut de l’escalator qui desservira la future gare d’Eole qui doit être mise en service au second semestre 2023, le centre commercial profitera de ce nouveau flux de voyageurs. « Le Cnit a en effet été choisi pour accueillir la nouvelle gare cathédrale du RER E », a rappelé Vincent Jean-Pierre, responsable du pôle bureau France et usages mixtes Europe d’URW. Cette nouvelle liaison ferroviaire devrait transporter environ 620 000 personnes par jour (toutes gares comprises), soit environ la moitié du trafic du RER A.

Une voûte mise en valeur

Pour mieux accueillir ces nouveaux usagers, Unibail-Rodamco-Westfield a fait appel à l’architecte Jean-Luc Crochon de Cro&Cro architecture qui avait déjà œuvré à la précédente restructuration du Cnit, en 2009. Or, a précisé ce dernier, si la gare est, bien évidemment, une chance pour le bâtiment, « elle ne doit pas prendre le dessus sur ce dernier ». Pas question, donc, de le transformer en simple pôle multimodal. Le nouveau centre commercial se veut accueillant, éclairé par plusieurs trémies qui constitueront des puits de lumière naturelle. Sa largeur importante (21 m) permettra d’accueillir le flux de voyageurs et deux nouvelles entrées, situées à l’est et à l’ouest, desserviront directement la rue Carpeaux et la tour Trinity. La présence de la voûte sera rappelée, au sol, par des « fuseaux blancs » qui se mêleront au parquet.

Cette restructuration sera aussi l’occasion pour Viparis de revenir au Cnit, dont la vocation originelle était, du reste, l’organisation de congrès et salons. Parti en 2015 en raison des travaux, le gestionnaire des grands centres d’expositions franciliens reviendra avec une superficie de 20 000 m² (soit 10 000 m² de moins qu’auparavant), lui permettant d’organiser environ 60 évènements par an.

Enfin, au rez-de-chaussée, 2 400 m2 seront dédiés à un « food court » qui comptera 11 comptoirs différents. Si URW n’a pas communiqué le montant des investissements consentis, 40 % des surfaces commerciales auraient déjà trouvé preneur, a-t-il assuré.

 

En partenariat avec  https://www.lejournaldugrandparis.fr/wp-content/uploads/2014/07/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2015-09-23-%C3%A0-12.07.29.png

Cet article vous a intéressé ?
Partez-le sur les réseaux !