Publié le 03/11/2022

3 min

Les enjeux de l’activité copropriété et bailleurs

croix

Le 1er avril 2019, la Caisse d’Epargne Ile-de-France reprenait les activités du Crédit foncier, en situation de quasi-monopole sur le marché des prêts aux copropriétés. Depuis cette transition, notre secteur copros-bailleurs a pris une nouvelle dimension.

Une équipe étoffée, un maillage national

Une véritable “task force” a été constituée. Pour composer cette équipe d’experts, la Direction du Secteur Commercial Copro-Bailleurs, assurée par Christophe Berfini, s’est engagée dans un large processus de recrutement et de formation. Le département compte aujourd’hui 33 collaborateurs chargés de développer l’activité sur notre région, mais aussi au niveau national puisque l’entité spécialisée est présente sur l’ensemble du territoire. Une organisation performante a également été mise en place avec un peu plus de 20 collaborateurs répartis sur deux agences en Ile-de-France (basées à Athos) et 10 Chargés d’Affaires, dont 6 dans les grandes métropoles françaises : Marseille, Montpellier, Bordeaux, Lyon, Nantes et Lille. Ces derniers ont pour mission de faire connaître l’offre Copros-Bailleurs et de former les syndics, les maîtres d’oeuvre et les élus. Ceux-ci sont en effet “en demande” de solutions incitatrices pour réussir leur transition énergétique.

La banque s’est ainsi donnée pour but d’accompagner tous ses clients vers la transitions énergétique et l’inclusion sociale en Ile-de-France afin de participer au verdissement et à la réhabilitation d’un parc vieillissant. Elle est d’ailleurs investie dans le financement, avec les collectivités locales, de copropriétés dites “fragiles”. Son ambition est d’obtenir l’adhésion d’un plus grand nombre de syndics à travers la digitalisation de l’ensemble des process de traitement des dossiers de financement des prêts collectifs de copropriété.

Une offre renforcée

L’offre Copros-Bailleurs de la Caisse d’Epargne Ile-de-France s’articule autour de 3 produits principaux s’adressant aux syndicats des copropriétaires représentés par un syndicat professionnel :

❙ Copro 100 : ce prêt est contracté au nom du syndicat des copropriétaires, mais les prélèvements sont réalisés individuellement sur le compte de chaque copropriétaire. Il est consenti sans limite d’âge, sans questionnaire de santé, un cautionnement bancaire évite toute solidarité entre les copropriétaires en cas d’ incident de paiement.

En cas de défaillance, c’est la banque francilienne qui met en place les actions de recouvrement. Aujourd’hui, seule la CEIDF propose un tel dispositif qui satisfait non seulement les syndics de copropriétés mais également l’ensemble des copropriétaires.

❙ Prêt à taux zéro copropriété : ce prêt bonifié par l’Etat accompagne la rénovation énergétique des copropriétés. Techniquement complexe, il est cependant idéalement en phase avec les attentes
du moment : accompagner et accélérer la réduction de l’empreinte carbone des rénovations et constructions. Un cautionnement obligatoire évite toute solidarité entre les copropriétaires
en cas d’incident de paiement.

❙ Préfinancements des financements publics : ils concernent les solutions de type “Ma Prim’ Renov” et les dispositifs de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) ou des collectivités locales.
Ces aides étant versées à la réception des chantiers, Copros-Bailleurs joue ainsi pleinement son rôle de “facilitateur de projets” en donnant de la souplesse en amont aux copropriétés.

Ces solutions permettent de mesurer la dimension sociétale de notre entité Copro-Bailleurs et son alignement parfait avec notre projet stratégique PARI 2024 à la composante RSE affirmée. L’activité se développe de façon régulière grâce notamment au haut degré de technicité de l’équipe.

Parole d’expert

“Nos collaborateurs valorisent notre banque et jouent un rôle sociétal majeur” : Christophe Berfini, Directeur de secteur commercial copro-bailleurs.

Christophe Berfini, Directeur de secteur commercial copro-bailleurs

“Nous participons pleinement à un écosystème de copropriétés plus vertueux, plus dans son époque. C’est gratifiant car chaque collaborateur contribue à son niveau à la transition énergétique et valorise dans un même temps notre démarche RSE. Je suis fier de leur travail et du chemin parcouru : nous avons trouvé, ensemble, une organisation de gestion agile que nous mettons chaque jour en œuvre au profit de nos clients. Cette ingénierie haute technicité tourne à plein régime et oui, cela donne du sens à notre travail.

Le marché est profond, nous devons atteindre des niveaux de production en phase avec nos objectifs. Cela passe en priorité par une digitalisation de notre offre, également l’un des piliers du projet stratégique PARI 2024. Le challenge est passionnant.”

Cet article vous a intéressé ?
Partez-le sur les réseaux !